Le Triangle Accueille
© Laurent Guizard
© Laurent Guizard
Le Triangle accueille L’Opéra de Rennes

La Chauve-Souris sur écran(s)

Spectacle / projection
  • mer. 09 juin
    20:00

Incroyable succès populaire depuis sa création en 2009, Opéra sur écran(s) a conforté l’intuition de faire sortir l’Opéra de ses murs.

Ouverture sur la ville, dimension festive, partage sensible, éducation artistique et créativité numérique sont les valeurs cardinales de cet événement culturel qui a désormais lieu chaque année et qui est diffusé en région Bretagne ainsi qu’en région Pays-de-la-Loire. Grâce à une collaboration exemplaire avec Angers Nantes Opéra, les habitants de plus de 40 villes partagent un opéra sur écran géant. Une occasion exceptionnelle de découvrir l’Opéra et de vivre différemment une expérience lyrique !

La Chauve-Souris sur écran(s) : Mercredi 9 juin à 20h15
Diffusion dans de nombreuses villes des régions Bretagne et Pays-de-la-Loire sur écrans géants, mais aussi le même jour à 20h30 sur :
. Les antennes de 9 télévisions locales : TVR (Rennes), Tébéo, Tébésud pour la Bretagne, TLC (Cholet), Vià LMtv Sarthe, TV Vendée, ViàAngers TV, Télénantes dans les Pays-de-la-Loire, TV Tours-Val de Loire
. France 3 Pays-de-la-Loire et France 3 Bretagne
. France Musique (le 5 juin 2021 à 20h)

Opéra sur écran(s) bénéficie du mécénat de la Fondation Orange et de La Caisse d’Epargne Bretagne Pays-de-Loire.
Un événement Opéra de Rennes et Angers Nantes Opéra

L’histoire

Acte 1 - Le serment de Rosalinde
Rosalinde est tombée amoureuse d’Alfred, un ténor sans le sou à qui elle a fait la folie de promettre le mariage. À condition qu’il gagne un peu d’argent. Dans l’espoir de la retrouver vite, il est parti chercher fortune à Saint-Pétersbourg. Entre temps, Rosalinde, ramenée à la raison par son père, a épousé Gabriel Von Eisenstein, un homme colérique mais doté d’une très bonne santé financière. Notre histoire commence le jour où Alfred de retour à Vienne vient retrouver Rosalinde pour lui demander d’honorer sa promesse. Coïncidence, c’est aussi le jour où Eisenstein, qui a été condamné pour insulte à agent, doit se rendre à la prison pour purger une peine de quelques jours. Eisenstein de son côté, comme tout bon mari est un peu volage avec un penchant très marqué pour les petits rats de l’opéra. Ce penchant, Falke, son meilleur ami, le connaît bien. Ils ont beaucoup fait la fête ensemble et ils adorent se faire mutuellement des farces. Parfois scabreuses. Justement Falke a décidé de prendre une revanche. Il invite Eisenstein à le rejoindre dans une somptueuse fête que donne un prince russe excentrique. Il y aura des dames, Eisenstein ne résiste pas. Pourquoi ne pas faire un petit détour avant de se rendre en prison ? Rosalinde se retrouve seule et elle peut recevoir Alfred. Mais voilà que se présente Frank, le nouveau directeur de la prison qui se targue d’arrêter en personne les prisonniers prestigieux. Puisqu’il trouve Alfred dans la place, il le prend pour le mari et il l’embarque.
Acte 2 - Le cauchemar d’Eisenstein
L’invitation de Falke est un piège qui va se resserrer progressivement sur Eisenstein avec la complicité du prince Orlofsky. Parmi les hôtes de la fête, Ils ont invité Adèle qu’Eisenstein reconnaît aussitôt comme sa propre femme de chambre. Première erreur, tout le monde se moque de lui. Comment une femme de chambre pourrait-elle se trouver dans un cercle aussi choisi ? Ils ont invité le directeur de la prison venu s’encanailler en se faisant passer pour un aristocrate français. Eisenstein qui a eu la même idée tombe en amitié avec lui. Rosalinde elle-même est aussi invitée, déguisée en comtesse hongroise. Sans la reconnaître, Eisenstein ressent une attirance violente pour elle et tente de la séduire brutalement en lui promettant sa montre. Cette montre est une sorte de talisman qui lui sert à faire tomber ses conquêtes. Mais cette fois la belle lui échappe. Les brumes de l’alcool se font de plus en plus épaisses et à 6h du matin, c’est dans un sale état qu’il quitte le palais pour se rendre en prison.
Acte 3 - Le prix à payer
Frank, lui aussi est rentré prendre son poste dans un sale état. Il a bien du mal à comprendre le rapport que lui fait son geôlier : la nuit a aussi été agitée dans la prison. Alfred qu’on prend toujours pour Eisenstein demande un avocat à corps et à cri. Frank voudrait pouvoir dormir mais toute une série de visiteurs se présentent. À commencer par Eisenstein qui vient purger sa peine. Mais Eisenstein, est-ce qu’il ne l’a pas déjà arrêté la veille ? Puis c’est Rosalinde, venue intervenir en faveur d’Alfred. Et finalement Falke suivi d’Orlofsky et de tous ses invités. Il dénoue enfin les fils de l’intrigue, tout cela n’était qu’une farce, une pièce de théâtre où chacun jouait un rôle. Reste quand même pour Eisenstein à se faire pardonner de l’épisode de la montre. Quant à la Chauve-Souris, elle ne pas fait partie de ce résumé mais elle joue bien un rôle dans cette histoire pleine de quiproquos et de rebondissements qu’il faut suivre par le menu pour vraiment la comprendre.